Salut, Covid-19, Vacunes

Que se passe-t-il si l’on attrape la covid-19 juste après avoir reçu la première dose de vaccin ?

Vous nous avez demandé quelles étaient les alternatives qui s’offraient à une personne ayant reçu une première dose de vaccin et qui, pour quelque raison que ce soit, a été testée positive à la covid-10 quelques jours après cette injection : recevra-t-elle la seconde injection si elle est déjà programmée, ou devra-t-elle attendre ? Ou bien est-ce que cela n’entre pas en ligne de compte ? Nous avons enquêté.

Au fur et à mesure que progresse la campagne de vaccination dans le monde, on observe une augmentation de cas chez les personnes vaccinées. C’était prévisible : les vaccins remplissent leur objectif, à savoir d’éviter dans l’immense majorité des cas les décès dus à la covid-19 ou de développer une forme grave, mais en aucun cas la contamination.

Lorsqu’une personne est contaminée après une première dose, il faut savoir qu’elle ne se réinfecte pas (un événement qui reste rare), mais qu’elle est victime de ce que l’on appelle une infection post-vaccinale (breakthrough infection en anglais). Cela signifie que l’immunité générée n’est pas aussi forte qu’après l’administration de deux doses et que le risque d’être contaminé est plus élevé.

De plus, indique Adelaida Sarukhan, immunologue et rédactrice scientifique de l’Institut de santé globale (ISGlobal) de Barcelone (Espagne), « les dernières données en date (tableau 4) montrent qu’une seule dose de vaccin, aussi bien de Pfizer que d’AstraZeneca, protège beaucoup moins contre le variant delta que contre le variant alpha » et que « les deux doses sont nécessaires afin de parvenir à une protection comparable ». Il faut prendre en compte ces données dans le contexte actuel, à savoir celui d’une expansion toujours plus importante du variant delta sur le territoire espagnol et d’une augmentation de l’incidence dans l’ensemble des groupes de population (également ceux dont la majorité des individus ont été complètement vaccinés).

Que se passe-t-il dans ce cas ?

Le ministère espagnol de la Santé est clair à ce sujet : « S’il s’agit une personne de plus de 65 ans, on attendra qu’elle recouvre, que la période d’isolement s’achève, et il lui sera administré la seconde dose, toujours dans le respect de l’intervalle de temps défini entre deux doses ». En revanche, s’il s’agit d’une personne de 65 ans ou moins, « on attendra 6 mois pour parachever le schéma de vaccination avec l’administration de la seconde dose ».

Il existe deux raisons à cette mesure, indique à Verificat Adelaida Sarukhan, immunologie et rédactrice scientifique de l’ISGlobal (Barcelone, Espagne). « D’une part, les personnes majeures ont tendance à développer une réponse immunitaire moins forte (et probablement moins durable), qu’elle soit générée par la vaccination ou l’infection naturelle ; d’autre part, leur risque de décès est plus élevé si elles sont contaminées. »

Cependant, poursuit-elle, « les personnes de moins de 65 ans développent une réponse immunitaire plus robuste. On a observé au sein de ce groupe de population une immunité naturelle d’au moins 6 à 9 mois [probablement plusieurs années], ce qui signifie qu’entre l’immunité conférée par la première dose et l’immunité naturelle de l’infection, ces individus sont protégés au moins pendant 6 mois », conclut-elle.


Aquest article és part del projecte "Les Mentides Amenacen la Salut", el primer portal de fact-checking de rumors sobre la covid-19 de Catalunya.

Alguna cosa que t’han enviat o has vist t’ha fet soroll?

Envia’ns un Whatsapp per poder verificar-ho o escriu a [email protected]