TITLE

La Cour suprême des États-Unis n’a pas annulé la vaccination universelle

CATEGORY Salut, Covid-19, Vacunes
CLAIM

Une grande victoire pour la liberté, la Cour suprême a annulé la vaccination universelle.
BY: Scandal
LINK: ["https://1scandal.com/etats-unis-la-cour-supreme-annule-la-vaccination-universelle/"]
RATING: False / Falso

CLAIM

« Les vaccins dits d’ARNm de dernière génération interfèrent directement avec le matériel génétique du patient. »
BY: Scandal
LINK: ["https://1scandal.com/etats-unis-la-cour-supreme-annule-la-vaccination-universelle/"]
RATING: False / Falso

DATE: May 11 2021

TEXT:

Depuis le mois d’avril circulent des informations comme celle-ci, en espagnol, en anglais, en français ou en italien, et selon lesquelles la Cour suprême des États-Unis aurait récemment annulé la vaccination universelle dans le pays, à la suite d’un recours déposé par l’avocat Robert F. Kennedy Jr, neveu de l’ancien président John F. Kennedy, contre un groupe de scientifiques, parmi lesquels se trouveraient Bill Gates et Anthony Fauci, le spécialiste en maladies infectieuses et conseiller de la Maison-Blanche. C’est FAUX. Sur le site Internet de la plus haute juridiction américaine, qui recueille toutes les décisions, on ne trouve aucune décision sur l’annulation de la vaccination universelle. L’information assurait également que les vaccins à ARNm contre la Covid-19 devaient être évités parce qu’ils modifieraient l’ADN des personnes. C’est également FAUX.

« Une grande victoire pour la liberté, la Cour suprême a annulé la vaccination universelle. »

La vaccination universelle est le principe selon lequel on immunise la population générale contre une maladie de manière préventive. Aux États-Unis, la gestion de la vaccination revient au gouvernement des États qui, depuis 1905, disposent de leurs propres lois afin d’imposer l’immunisation obligatoire des mineurs contre diverses maladies infectieuses, prérequis pour leur scolarisation, ainsi que du personnel soignant ou des personnes qui demandent la résidence permanente. Cependant, les lois des États prévoient des exemptions médicales, religieuses et philosophiques à la vaccination. Le pouvoir constitutionnel des États concernant la vaccination obligatoire a été établi en 1905, lorsque la Cour suprême s’est prononcé dans le cas Jacobson vs Cour suprême du Massachusetts.

Cependant, la vaccination contre la Covid-19 n’est pas obligatoire aux États-Unis, comme l’a affirmé le président Joe Biden, mais c’est bien une recommandation et ce sont les États qui ont le dernier mot quant à son caractère obligatoire, comme l’expliquait Joanne Rosen, experte en droit de la santé, lors d’une entrevue avec l’École Bloomberg de Santé publique de l’Université Johns Hopkins.

Robert F. Kennedy est connu pour ses déclarations sans fondement scientifique contre les vaccins. Des vérificateurs du Réseau international de vérification des informations (IFCN), comme ceux de l’AFP et de Verificat, ont déjà démenti ses déclarations en de maintes occasions.

En 2018, un litige entre le groupe antivaccins Informed Consent Action Network (ICAN), soutenu par Kennedy, et le département de la Santé des États-Unis auprès du tribunal du district sud de New York a été utilisé afin d’affirmer que le gouvernement américain ne disposait pas de preuves concernant la sécurité des vaccins. C’est faux. La demande de transparence d’ICAN a démontré que le département américain de la Santé (HHS) n’avait pas respecté son obligation d’information relative à la sécurité de certains vaccins, mais cela ne signifie pas que les protocoles de sécurité n’avaient pas été respectés, comme l’explique Snopes.

« Les vaccins dits d’ARNm de dernière génération interfèrent directement avec le matériel génétique du patient. »

Les vaccins à ARN messager (ARNm) utilisent une technologie qui apprend aux cellules à fabriquer les protéines d’un virus pour combattre l’infection. Dans le cas du SARS-CoV-2, qui provoque la Covid-19, l’ARNm contient les informations concernant la protéine spike, ou protéine S, qui se trouve sur la couronne du virus. Comme l’expliquait à Verificat la biochimiste Julià Blanco, « il ne peut pas y avoir de modifications de notre code génétique liées à l’ARNm ». D’après le scientifique, « notre ADN est conservé dans le noyau comme dans un coffre-fort et il est impossible que l’ARNm modifie le code génétique ».

Dans un article publié dans The Conversation, Jose María Jiménez Guardeño, chercheur au département des maladies infectieuses du King’s College de Londres, et Ana María Ortega-Prieto, chercheuse postdoctorale, également associée au King’s College de Londres, démentent catégoriquement que l’ARN puisse altérer notre ADN et donc endommager notre génome.

Les auteurs affirment que « la molécule d’ARN est très fragile, à tel point que ces vaccins doivent être conservés à des températures extrêmement basses, et elles ne restent qu’un bref moment (quelques heures) dans les cellules [...]. Par conséquent, cet ARN ne restera pas assez longtemps dans la cellule pour faire autre chose que de produire la protéine du virus, puis disparaître ».

KEYWORDS vaccins, USA, ARNm, litige