Salut, Covid-19, Vacunes

De fausses affirmations de la part de la députée andalouse Luz Belinda Rodríguez

Ces derniers jours, une vidéo de TikTok partageant les déclarations de la députée indépendante du Parlement d’Andalousie (Espagne) Luz Belinda Rodríguez est devenue virale. Celle-ci assure qu’il existe « un très grand nombre de personnes ayant été vaccinées [contre la covid-19] et qui ont souffert de graves problèmes de santé dus au vaccin ». C’est une information TROMPEUSE. La sécurité des quatre vaccins autorisés en Espagne fait l’objet d’une vigilance constante exercée par l’Association espagnole des médicaments et des produits sanitaires (AEMPS) et se fondant sur les événements indésirables documentés après la vaccination et signalés aussi bien par les professionnels de santé que par les citoyens. Il est vrai qu’il existe des milliers de rapports, mais la relation entre ces effets et le vaccin n’est pas démontré et il n’y a eu que très peu d’effets graves liés aux vaccins, comme les rares cas de thrombus et le syndrome de Guillain-Barré.

« Il existe des milliers de personnes concernées par les effets secondaires des vaccins. Des médecins, des infirmiers et des membres du personnel sanitaire nous font parvenir des données concernant un très grand nombre de personnes ayant été vaccinées et qui ont souffert de graves problèmes de santé dus au vaccin. »

Cette vidéo est une compilation effectuée par Luz Belinda Rodríguez le 7 juin 2021 d’extraits d’une interview sur RadioYa, une radio siégeant à Madrid (Espagne). Fin juillet, la vidéo est de nouveau devenue virale, promue par un compte TikTok.

À la date du 16 août, l’Association espagnole des médicaments et des produits sanitaires (AEMPS) avait partagé sept rapports de pharmacovigilance concernant chacun des quatre vaccins autorisés en Europe. Ces textes analysent et font état des modifications des prospectus des vaccins et des éventuels nouveaux effets secondaires qui sont étudiés aussi bien au niveau national qu’européen, en raison des signalements reçus. Cependant, cela ne signifie pas que les symptômes rapportés aient un lien de cause à effet avec le vaccin.

Les signalements ne sont pas forcément des effets secondaires

À la date du 11 juillet 2021, après quasiment 48 millions de doses de vaccin injectées en Espagne, le dernier bulletin rapporte 32 901 événements indésirables, dont 6390 ont été qualifiés de graves et 254 se sont terminés par le décès du patient. Ces chiffres correspondent au nombre de signalements de « quelque événement indésirable associé temporairement après l’administration [du vaccin], sans que l’on soupçonne le vaccin d’en être à l’origine », avertit l’AEMPS.

Ainsi, le système de pharmacovigilance espagnol, de même que les systèmes américain et européen, recueille l’ensemble des événements médicaux qui surviennent après la vaccination, indépendamment de leur origine, et compare ces chiffres avec la fréquence à laquelle ils surviennent normalement dans la population. Si cette fréquence est supérieure aux statistiques habituelles, on étudiera l’événement afin de savoir s’il s’agit d’un éventuel effet secondaire. Ainsi, le bulletin rappelle que « dans la grande majorité des cas signalés en Espagne, le décès peut s’expliquer par la situation clinique préexistante du patient et/ou des autres traitements qu’il suivait ».

Lors d’un entretien avec Verificat, Jaime Jesús Pérez, porte-parole de la Société espagnole de vaccinologie, a estimé que « l’on [disposait] d’un système de pharmacovigilance qui a démontré qu’on ne détectait que de rares effets secondaires », d’une fréquence d’un cas par million d’individus vaccinés, et qu’il confirmait les connaissances dont on dispose du vaccin : « On ne peut plus dire que l’on pense que le vaccin sera sûr. On sait déjà de quoi il est la cause et de quoi il n'est pas la cause ».

Les effets secondaires confirmés des vaccins de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Oxford et Janssen/Johnson&Johnson sont documentés et on peut les retrouver dans les prospectus de chacun des vaccins. Les plus répandus, et communs à la plupart des vaccins, sont la fièvre, les nausées, les frissons, la fatigue et la douleur dans la zone d’injection, et ils ne constituent donc pas de « graves problèmes de santé ».

Les citoyens peuvent également signaler des événements indésirables

La parlementaire andalouse ajoute, dans le même montage, que l’on ne connaît pas l’ampleur de ce problème parce que le personnel de santé « est victime de pressions de la part de la direction des centres où ils travaillent » en vue de les empêcher de partager les informations sur les effets secondaires engendrés par les vaccins contre la covid-19. C’est FAUX. La députée n’apporte aucune preuve de ces prétendues pressions subies par le personnel de santé et, de toute manière, le personnel des centres médicaux n’est pas le seul à être habilité à signaler des événements indésirables survenus après la vaccination : chaque citoyen peut lui-même envoyer directement un rapport à l’AEMPS

« Les professionnels de santé rapportent avoir subi des pressions de la part de la direction des centres où ils travaillent afin de ne pas rendre publiques ces informations, raison pour laquelle on ne connaît pas l’ampleur de ce problème [les effets secondaires] ».

Selon le dernier rapport de l’AEMPS, 75 % des signalements reçus au sujet de possibles effets secondaires étaient le fait du personnel de santé, mais les 25 % restants provenaient directement des citoyens.

Toute personne peut remplir un formulaire concernant des symptômes dont elle a fait l’expérience après avoir pris quelque médicament que ce soit ou après l’administration d’un vaccin. Le formulaire parvient directement au système de pharmacovigilance espagnol (FEDRA), ainsi qu’à la plateforme européenne (EudraVigilance), qui uniformise les informations provenant de l’ensemble du continent.

Qui est Luz Belinda Rodríguez 

Luz Belinda Rodríguez est une députée indépendante du Parlement d’Andalousie (Espagne), non inscrite à quelque parti politique que ce soit. Elle faisait partie du parti Vox [parti espagnol d’extrême-droite] jusqu’à la mi-janvier 2021, au moment où elle a déposé plainte contre ce parti pour harcèlement moral au travail, comme l’a relaté le journal Diario de Almería, mais elle a décidé de conserver son siège dans ce parlement régional. Bien qu’elle soit non inscrite, elle a déclaré dans une interview, ainsi que sur son compte Twitter, ses liens avec la Phalange espagnole [mouvance d’extrême-droite].

Au cours de ces dernières semaines, Rodríguez s’est fait connaître pour sa prise de position contre les vaccins, en étant la première parlementaire espagnole à annoncer qu’elle ne se ferait pas vacciner contre la covid-19. Elle a exprimé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux ses doutes au sujet des vaccins et elle a soutenu publiquement des groupes de désinformation dont nous avons déjà démonté les fausses informations par le passé.


Aquest article és part del projecte "Les Mentides Amenacen la Salut", el primer portal de fact-checking de rumors sobre la covid-19 de Catalunya.

Alguna cosa que t’han enviat o has vist t’ha fet soroll?

Envia’ns un Whatsapp per poder verificar-ho o escriu a [email protected]